– Joie Machiavélique –

La maternité est une montagne russe d’émotions. Il y a de petites et de grandes joies – frustrations – désespoirs – bonheurs (encerclez votre réponse). Les journées ne semblent qu’être une suite sans fin de soins à donner à bébé et de besoins à satisfaire. Il y a parfois bien peu de sentiment d’épanouissement.

Mais! Il y a aussi des petites joies dites machiavéliques. Elles m’apportent un profond sentiment de satisfaction et de travail accompli, bien que mes enfants soient habituellement totalement en désaccord avec moi.

Aujourd’hui je parle: de la douche nasale. Je me suis procuré des nouvelles seringues turbo power puissance 10. Armée de mon eau saline maison, j’attaque sans pitié le nez de mes enfants. La Grande est épargnée parce qu’elle se mouche très bien. Je parie que lesdites seringues sont son plus grand motivateur d’hygiène nasale.

Jamais je n’aurais cru éprouver un sentiment aussi puissant envers une tâche aussi plate, voir même dégueulasse. Mais c’est ça la maternité. Ça vous change.

J’ai longtemps détesté ce soin, en évitant de le faire le plus possible. Pitié Docteur, donnez moi quelque chose de facile à administrer. Un sirop? Un antibio? Des gouttes? Un poush-poush? Tout, mais pas la douche nasale! Parce que chez nous, ce soin équivalait à devoir mettre du vernis à ongle à un diable de Tasmanie. Mes amies avaient beau me le vendre: « tu verras! Il n’y a rien de mieux! Ma fille le demande maintenant. Mon fils ne se débat même pas. » Mensonges! Me disais-je.

Puis un jour, révélation! Ma marraine (aide aux relevailles de mon quartier) a pris le temps de m’enseigner la technique. Parce que, voilà, il faut juste apprendre à le faire. Ce n’est pas inné de moucher un bébé. Il faut croire que l’évolution n’a pas encore cru bon d’enregistrer le maniement de la seringue d’eau salée dans notre mémoire cellulaire.

Comme dans toute chose, un bon équipement facilite le travail. Avec mes nouvelles seringues, je te vide ça ces petits nez-là! La satisfaction est à peine descriptible en voyant toute cette morve sortir. C’est au même niveau que de m’enlever tous les points noirs de la face quand j’avais 15 ans.

Pour en rajouter, ma Jumelle n’a même pas pleurer ce matin. Pas de tortillage. Pas de débat. Pas de course folle dans la cuisine pour se sauver. C’était plus facile que de lui changer la couche.

Qui l’eût cru!?!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s