– Quel Bordel! –

Lundi soir, c’est l’heure de préparer le souper. Un regain d’énergie allume une petite étincelle. Mon Fils me rejoint à l’îlot. Il veut mettre des ingrédients. Comme je ne cuisine que le stricte minimum depuis trois mois, la recette est trop simple. Mais j’ai envie de lui faire plaisir. La petite étincelle propose de faire des muffins aux carottes.

Je dépoussière les moules, remisés depuis si longtemps. Les ingrédients s’empilent devant mon Fils. Un petit choc entre nous. Il veut faire seul. J’ai bien dit que j’avais une étincelle d’énergie, pas un brasier. On fera la recette, selon mes règles. Un travail d’équipe pour minimiser les dégâts.

Malheureusement, la bonne vieille habitude du multitasking détourne mon attention. Un enfant ce n’est pas fait pour attendre. Il me semble que c’était juste 2 secondes pourtant. Visiblement c’était suffisant pour que mon Fils se vautre les mains dans la farine. La recette devient un bac sensoriel.

Je respire profondément. Je suis frustrée. Mon énergie s’est envolée. Je n’ai pas envie de ramasser. Quel bordel! Je regrette, je n’aurais pas dû.

[…]

Mardi fin d’après-midi, c’est l’heure flottante de la dernière activité de la journée. Je fais le tour de ma todo list. Je propose différentes options. Les enfants décident de transplanter un plante pour lui offrir une plus grande maison. C’est parfait, je vais chercher tout le nécessaire.

Ils veulent tous mettre la main à la pâte. Je dois gérer les tours de rôle. On compte ensemble les pelletées de terre. La joie de savoir compter ajoute du piquant dans mon rôle d’arbitre de la Grande Justice Fraternelle (ou injustice, c’est selon). Les petites mains sales se frottent le nez. Les cuillérées de terre sont trop remplies. L’eau coule à côté.

Je souris. Je suis contente. Le résultat est superbe. Il ne me reste plus qu’à ramasser les dégâts. Quel Bordel! Je suis satisfaite, une bonne chose de faite.

Je sors le balais et je nettoie la terre assaisonnée de la farine de la veille. Parce que oui, la veille j’ai laissé trainer la farine sur mon plancher. Que tombe sur moi une pluie de jugement, je suis comme ça.

[…]

Deux scénarios presque identiques. Si peu de différences et pourtant je vie chacune des situations de façon contradictoire. Je dois paraître bien étrange aux yeux de mes enfants. Quel mère incohérente que je suis.

Je pense que tout est une question de temps et de gestion d’énergie. Trop de choses à faire et j’explose. Le multitasking serait à bannir. J’ai besoin de me concentrer sur une seule expérience à la fois. Tout en étant certaine de mon niveau d’énergie. Parce que pour avoir la patience de les laisser explorer et salir, je dois avoir la capacité de tout nettoyer après.

Ça ne repose pas sur les épaules de mes enfants de ne pas faire de bordel.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s